Virus du bridge

  Problème n° 32 Maniement : intermédiaire Donneur : SudNSEO  
 
♠  A R 9
  V 10 6 4 2
  A 6
♣  V 3 2
 
 
N
 O       E 
S
 
  ♠  V 3 2
  A R D 8 7
  8 3 2
♣  A 10

 

Enchères :

S O N E
1 P 2 SA P
4 P P P


Contrat : 4 par Sud
Entame: R
Levées : 10, 11, 12 ?
Notamment dans la rubrique n° 27 ou encore la semaine dernière, il a été question de la marque en TPP. Les tenants et les aboutissants de cette problématique n'ont toutefois pas été analysés alors qu'il faut les avoir à l'esprit pour appliquer la stratégie idoine à cette forme de bridge (cf. p. ex. chroniques n° 9 et 10).
C'est donc la bonne occasion pour insister sur le fait que, dans cette discipline, le nombre de points marqués est somme toute secondaire, l'annonce d'une partielle ou d'un chelem ne faisant pas en soi de différence. Ce qui compte est de produire un meilleur résultat que celui des autres paires de la ligne qui détiennent les mêmes cartes, et il faut donc réfléchir au départ à la question. En d'autres termes, quand le mort s'étale, un bon déclarant se demandera s'il est dans un contrat normal - ce que l'on appelle le contrat du champ - et si l'entame apparaît classique. En fonction des réponses à ces questions, il adaptera sa stratégie (assurer ou prendre des risques; cf. atoutbridge.com).
Voici la donne n° 7 jouée dans le tournoi BBO - Geo Country vs. Country Daylong du 21 septembre 2020 qui illustre, scores à l'appui (9'438 participants dont 34 en Suisse), comment il faut "empoigner" un board dans un TPP avant de jouer la première carte du mort.
D'abord, il faut dire un mot sur les enchères en précisant qu'elles sont conformes au standard USA et sont donc imposées au robot aussi bien qu'à l'humain qui lira l'article : la réponse de 2 SA indique un fit quatrième dans une main de plus de 13 pDHS, mais sans envie de chelem marquée. Et la conclusion à 4 va dans le même sens en laissant entendre que la manche s'impose mais qu'il y a trop de perdantes directes que le mort devrait effacer (sept) pour s'embarquer dans une recherche de chelem.
Sur l'entame du R , avant de toucher la première carte du mort, vous vérifiez donc que le contrat est bien celui du champ ou, si cela ne vous semble pas le cas, vous prévoyez quel sera celui-ci, puis vous vous interrogez sur la "normalité" de l'entame. En tenant compte des réponses fournies, pronostiquez enfin le score que va marquer la majorité de vos homologues, pour décider du nombre de plis à réaliser pour marquer en tout cas la moyenne. Après quoi, vous pouvez jouer la première carte du mort.


Le contrat est somme toute normal avec 27 pH. Un fit dixième et la possession des quatre As risque toutefois d'encourager les optimistes à pousser un peu les chaudières (pour info, pas loin de 20 % des paires ont annoncé 6 ). Une analyse rapide montre que le chelem devrait chuter et peut-être même de deux sur l'entame qui semble aller de soi. Donc, en vous contentant de jouer la manche, vous devriez déjà réaliser une meilleure note que ceux qui auront eu les yeux plus gros que le ventre.
Par ailleurs et comme toujours, il y aura des accros du SA mais on voit mal comment ils pourraient réaliser plus de neuf plis dès lors que, après l'entame , on n'ose pas rendre la main avant d'avoir mis au chaud les neuf plis du départ.). Et là encore vous avez des chances supplémentaires de bien scorer.
En d'autres termes, engranger dix levées générera déjà une note supérieure à la moyenne et si d'aventure l'adversaire est amené à ouvrir les couleurs noires à votre profit et à vous mettre en position de gratter une surlevée, cela ne manquerait pas d'améliorer encore votre note.
Ce constant étant fait, au moment de choisir la ligne de jeu, plutôt que de compter sur un miracle en ♠ (D sèche ou seconde, soit 9 %), vous pouvez prendre en considération la situation favorable des deux honneurs ♣ en Est qui se retrouvera quand même une fois sur quatre. Précisons que, dès lors que vous prenez conscience que c'est le cas, vous savez qu'il y aura souvent onze levées de sorte que la manche juste faite ne constituera même pas un bon coup.
Pour commencer, esquichez l'entame en ayant à l'esprit une potentielle élimination suivie d'un éventuel placement de main, d'autant que ce laisser passer vous permet de contrôler la communication dans cette couleur. Et vous êtes immédiatement récompensé de votre réflexion car Ouest, qui ignore votre teneur dans les couleurs noires, switche gentiment à ♣, dans la faiblesse du mort. Il ne vous reste qu'à prendre la D de son partenaire de l'As avant de purger les atouts et de jeter le 10 ♣ en pâture pour libérer le V du mort qui servira à défausser le ♠ perdant sans avoir de souci à se faire sur la position de la D.


Les quatre jeux :

 
♠  A R 9
  V 10 6 4 2
  A 6
♣  V 3 2
 
♠  10 8 7 6
  9
  R D V 9 7 5
♣  6 4

N
 O       E 
S
 ♠  D 5 4
   5 3
   10 4
 ♣  R D 9 8 7 5
 
  ♠  V 3 2
  A R D 8 7
  8 3 2
♣  A 10

 

 


 

A l'autopsie, vous constatez que votre analyse prévisionnelle était fiable : 4 + 1 vous vaut un bon 81 %, 3 SA + 1 rapporte 61 %, 4 = est coté 37 %, 3 SA = procure 24 % alors que 6 -1 ne vaut même pas 9 %.
Comme le TPP est la forme de bridge la plus pratiquée dans les clubs valaisans, on ne peut que conseiller à ses adeptes de s'améliorer en potassant par exemple les "sommes" de Jean-Marc Roudinesco, Comment gagner en tournoi pas paires, Belfond 1983 ou Le bridge en tournoi par paires, Belfond 1987. Plus près de nous, Le tournoi par paires de Robert Eskinazi (Le Bridgeur 2017) est aussi basé sur la pratique du "terrain" et aborde la marque, les enchères et le jeu de la carte. Son argument de vente est de bon augure étant donné qu'il assure à son lecteur "de progresser et d'améliorer son pourcentage en tournoi par paires".
Cela dit, il y a aussi quelques sites relativement simples qui ne manquent pas d'intérêt comme ici.

Cacher

Afficher la solution

   

Accueil · Contact · Agenda (+ Inscription et Résultats) · Plan d'accès · Liens

Bridge Club de Sion

Rue du Manège, 60
1950 Sion

infos@bridgesion.ch